Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 00:06

 

 

bourgogne-minicarte.PNGGlobalement en Bourgogne, les trois quarts des analyses des eaux souterraines présentent une contamination par des pesticides dont le quart avec une concentration supérieure aux normes sanitaires ( > 0,1µg/l ) et toutes les rivières sont polluées !

 

L’avertissement habituel d’igepac

Comme pour l'eau du robinet, ce n’est pas la détection totale des polluants présents dans les échantillons prélevés qui a été effectuée mais c’est une série d’analyses prédéterminées par l’Administration. Ceci a pour conséquence de minimiser la pollution existante. En présentant ce seuil minimal de pollution, les résultats de ce dossier révèlent une réalité préoccupante.

 

Ce que nous dit le dossier

 

« En continuité avec les travaux réalisés depuis 2002, la FREDON Bourgogne ( Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles ) est chargée dans le cadre d’un marché public co-financé par le FEDER ( Fonds Européen de Développement Régional ) et le MEDDTL ( Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.), de réaliser une synthèse des résultats d’analyses des eaux de Bourgogne vis à vis du paramètre pesticides entre le 1er août 2008 et le 31 décembre 2011.

 

La première campagne d’interprétation concernant la période allant du 1er août 2008 au 31 décembre 2009 vient de s’achever. Elle a porté sur 271 points en eaux souterraines (ESO) et superficielles (ESU) répartis dans les 4 départements et 2142 analyses .

 

Les données traitées sont publiques, et leur exploitation dresse un état des lieux de la contamination par les produits phyto-pharmaceutiques aux échelles départementales et régionale, de manière à fournir des indicateurs de la qualité des eaux par rapport à ces substances.

 

Les principaux objectifs visés sont :

• d’alerter sur les principales problématiques observées ;

• de participer au choix des actions de prévention à mettre en œuvre pour améliorer la qualité des milieux aquatiques.

 

L’exploitation réalisée va se poursuivre à partir des données recueillies pour chacune des 2 années civiles 2010 et 2011 avec publication annuelle des mêmes types de documents. Un rapport final traitera de l’évolution de la contamination de l’eau par les produits phyto-pharmaceutiques au cours de l’ensemble de la période considérée. »

 

Suivi des pesticides dans les eaux souterraines

( Captages – Sources – Puits )

 

 

pesticides-borgogne-eso-2009.PNG

 

Yonne

 

82 % des stations présentent une contamination par des pesticides dont 23 % avec une concentration supérieure aux normes sanitaires ( > 0,1µg/l ) et 53% sont constamment contaminées. 44 molécules distinctes ont été retrouvées.

 

Saône et Loire

 

79 % des stations présentent une contamination par des pesticides dont 21 % avec une concentration supérieure aux normes sanitaires ( > 0,1µg/l ) et 43 % sont constamment contaminées. 28 molécules distinctes ont été retrouvées.

 

Côte d’Or

 

74 % des stations présentent une contamination par des pesticides dont 35 % avec une concentration supérieure aux normes sanitaires ( > 0,1µg/l ) et 37% sont continuellement contaminées. 78 molécules distinctes ont été retrouvées.

 

Nièvre

 

50 % des stations présentent une contamination par des pesticides dont 42 % avec une concentration supérieure aux normes sanitaires ( > 0,1µg/l ) et 25 % sont constamment contaminées. 35 molécules distinctes ont été retrouvées.

 

Remarques :

 

- Si la Nièvre semble être le département le moins pollué car la pollution y est moins dense, cette pollution y est toute aussi variée, persistante et même plus concentrée que chez ses voisins.

 

- La viticulture utilise énormément de pesticides, d’où un nombre importants de molécules détectées en Côte d’Or.

 

 

Suivi des pesticides dans les eaux superficielles

( Rivières )

 

pesticides-borgogne-esu-2009.PNG

 

TOUS les points de prélèvement effectués en Bourgogne présentent une contamination par les pesticides.

 

En tête, la Côte d’Or avec 90 substances actives distinctes trouvées, suivie de la Saône et Loire avec 84, l’Yonne avec 71 et la moins polluée, la Nièvre avec 40 substances actives distinctes trouvées.

 

 

Vous pouvez télécharger la documentation ( des fichiers de 2 pages – 1 Mo ) :

 

· Les synthèses : Yonne - Nièvre - Saône & Loire - Côte d’Or - et Bourgogne

· Le tableau récapitulatif des stations

· Le document de présentation du travail

 

 

> pour accéder à ce dossier cliquez ici :

http://www.bourgogne.developpement-durable.gouv.fr/les-pesticides-dans-les-eaux-de-a864.html

 

 

Si la FREDON de votre région ( la Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles ) produit ce type de publication, merci d'avance de bien vouloir communiquer à igepac@gmail.com votre information en  indiquant où sont accessibles les documents. 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 09:40

  Eau potable

veut dire

eau BUVABLE

pour TOUS 

 

21320-pouilly-analyse-eau-29-sept-2019.PNG

21320-pouilly-SAUR-2-eau-29-sept-2019.PNG pdf.gifLa lettre de la SAUR,

preuve de l'irresponsabilité du distributeur.

La DDASS ne l'oblige pas,

 donc l'eau est buvable pour tous,

nourrissons compris !!!

 

C'est peut-être légal mais

TOTALEMENT

IRRESPONSABLE !!!

( Normal à la campagne, direz-vous, et de plus c'est la SAUR. )

 

   

Dimétachlore  0,12 µg/l, le 27 septembre 2010

et  0,15 µg/l,  le 08 octobre 2010.

 21320-pouilly-analyse-eau-2-29-sept-2019.PNG

et à  0,15 µg/l, vous pouvez donc mettre

une goutte et demie de potion

dans votre eau de table.

benzene noyau mortel tete de mort

Si un adulte veut boire cette eau potable,

c'est son choix d'adulte,

mais igepac* interdit aux adultes

avertis d'une telle pollution

de donner ce breuvage aux enfants,

...

question de responsabilité.

 

( * Paroles de citoyen, chimiste et responsable, Pierre PETIT )

 

  __________________________________________________________

 

 

  Un prochain article sur cette pollution va être publié

pour illustrer une fois de plus

ce que réclame igepac depuis toujours,

( " l’obligation à tout exploitant agricole de déclarer les produits qu’il épand sur ses terrains, à la Préfecture via la Mairie du lieu d’exploitation. Ensuite le distributeur ( Mairie ou délégataire ) pourra effectuer de véritables analyses car il est responsable devant la loi de la salubrité de l’eau qu’il nous fait boire. " )

à partir du constat ci-dessous :

  21320-pouilly-pesticides-29-sept-2019.PNG

 

Repost 0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 00:24

A Laives et ses environs, villages du canton de Sennecey-le-Grand en Saône et Loire, l'eau du robinet contient des pesticides : rien d'anormal à la campagne. Mais l'eau distribuée est considérée comme potable malgré une pollution présente au moins depuis ... 1997. En 2010, elle est enfin déclarée  non potable.

Laives, un village de Bourgogne, un village de France, avec des bois et des petites parcelles agricoles, où le paysage ne ressemble ni à la Brie ni à la Beauce, mais où la pollution est la conséquence commune d'un mode de culture utilisant en excès des produits chimiques de synthèse afin de garantir un rendement maximum.

 

Voir en exemple sur igepac des distributions d'une eau rendue non potable par la présence de pesticides :

- en Seine et Marne pour la Brie ( un article de ce jour )

- en Eure et Loir pour la Beauce.

 

Remarque: la distribution d'eau en bouteilles pour les personnes les plus vunérables est une obligation pour les maries, une obligation au moins morale. Le maire est responsable, directement ou par délégation, de la qualité de l'eau qu'il distribue dans sa commune. Si dans les deux exemples cités plus haut, les mairies distribuent de l'eau en bouteilles, ce n'est pas encore le cas en Saône et Loire : il faut que les habitants ou une association locale en face la demande en mairie. " ça coûte des sous, et on ( le maire ) n'aime pas débourser pour une eau qui n'est visiblement pas mortelle "

 71-laives

 

 pesticides-14-août-2010

 

VOIR également cet article très intéressant :

http://www.infos-chalon.com/article.php?sid=19747&thold=0

 

analyse eau 71 Laivesigepac dénonce ce mode de communication, l'utilisation d'un vocable inadapté.

Nous avons ici la preuve d'une mauvaise information de ces analyses :

l'eau distribuée paraît potable, conforme à la réglementation,

CE QUI EST FAUX !!!

La conformité est relative UNIQUEMENT aux paramètres mesurés. 

UNE EAU DECAREEE CONFORME PAR UNE  ANALYSE

PEUT ETRE UN VRAI DANGER SANITAIRE  !!!

 

Dans une analyse d'eau du robinet, le laboratoire recherche uniquement les produits chimiques que l'on ( en général, l'administration ) a décidé de détecter. Ce n'est SURTOUT PAS un bilan de la pollution contenue dans l'eau du robinet.

 

Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 07:00

logo-capen-71  

SALON DE L’AGRICULTURE : « Je voudrais dire un mot sur toutes ces questions d’environnement. Parce que, là aussi, CA COMMENCE A BIEN FAIRE …. » - Nicolas SARKOZY

NON, Mr SARKOZY, L’AVENIR POUR L’AGRICULTURE PASSE BIEN PAR LE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT ET DES PRIX REMUNERATEURS POUR LES PRODUCTIONS


par Thierry GROSJEAN


Président de la CONFEDERATION DES ASSOCIATIONS POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA NATURE - 28 associations fédérées -
Affiliée à France Nature Environnement
 

Parce que la majorité des paysans s’enfoncent autant que d’autres citoyens dans une crise structurelle les conduisant à la précarité, le Pt de la République voudrait faire croire que c’est en se prenant aux mesures survivantes du « Grenelle de l’environnement » qu’il les sortira de la panade où les ont mis des décennies de productivisme intensif soutenu par son syndicat majoritaire, la FNSEA.

 

En demandant aux ministres de l’agriculture et de l’écologie de réviser à la baisse les mesures préconisées par le Grenelle, notamment la réduction de 50% de l’usage des pesticides d’ici 2018 ( Plan Eco-phyto ), le président renie les engagements, pourtant très modérés, votés par le Parlement. Il « oublie » les principaux responsables : l’agro-industrie, les banques et les grandes surfaces qui étranglent les paysans.

 

FNE et la CAPEN 71 rappellent que la protection de l’eau, des sols, de la biodiversité est une condition primordiale pour la pérennité économique de l’agriculture. Demain, elle constituera la principale justification des subventions européennes, qui constituent l’essentiel des revenus des agriculteurs. Opposer agriculture et environnement revient à condamner l’agriculture en l’éloignant des attentes des consommateurs et des citoyens.

 

Réduire l’utilisation des pesticides est donc dans l’intérêt des agriculteurs : ils en sont d’ailleurs les premières victimes sur le plan sanitaire.

 

Le projet de loi de modernisation de l’agriculture, qui doit être examiné après les élections régionales, a déjà abandonné l’idée d’une certification des exploitations de haute valeur environnementale assortie d’un crédit d’impôts qui aurait permis de concilier la protection de l’environnement et la survie des exploitations.

 

Les 800 millions d’euros « promis » au Salon seront certainement versés – s’ils le sont un jour – aux mêmes exploitations prétendument « viables ». Cette mesure ne permettra pas d’enrayer les faillites.

 

La France reste bien loin des autres pays européens en matière de progrès – et d’efforts – environnementaux en agriculture, particulièrement pour l’agriculture bio, menacée par les OGM.

 

La vigne(1) et le maïs restent les grands pourvoyeurs de pesticides en S&L, qui est particulièrement concernée par ce recul annoncé par SARKOZY : les eaux superficielles et souterraines sont déjà contaminées de manière chronique. Les sols également. Maintenant, c’est l’air que nous respirons qui va l’être.

 

Car après la chrysomèle du maïs en Bresse, ayant conduit en 2007 et 2009 à un massacre des abeilles et à des effets sanitaires sur la population encore inconnus par épandage aérien de pesticides (2), voilà la cicadelle de la vigne qui apparaît sur la Côte chalonnaise et pour la-quelle il est également question d’épandre ces mêmes pesti-cides…alors que la prévention par l’eau chaude et le soleil suffisent pour combattre la « flavescence dorée ».

 

______________________
 

(1) sols épuisés : l’espérance de vie d’une vigne, qui était de 100 ans, s’est réduite à 40, parfois 25 ans !

 

(2) Epandage aérien autorisé par la préfecture bien qu’interdit par la loi….allez comprendre.. ! Le JSL du 13 mars nous apprend que les mesures de l’arrêté du 13 mars 2008 « pourraient être assouplies ». « Si on trouve moins de 10 chrysomèles, on ne traitera pas ». Pour le suivi effectif de la rotation des cultures ( recommandée), on attendra. La chrysomèle a de beaux jours devant elle. Les associations sont décidées à empêcher un nouveau désastre en Bresse.

_____________________

igepac : le vrai problème de la pollution,

provient-il du pollueur ou de nos décideurs ?

Qui est coupable et responsable de notre législation ?


Les pollutions humaines évitables disposent encore de nombreuses années pour accroître la pollution chimique de notre Environnement. Aucun parti politique traditionnel n'est capable de gérer ces pollutions, les élections régionales nous l'ont récemment prouvé.

 

 

 

 
Repost 0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 21:58

Un article de  l'association LVNAC
( Loire Vivante Nièvre Allier Cher )

 

 " Dans notre département les pesticides ( en majorité des herbicides) dans l'eau pour l'alimentation commencent à poser problèmes dans certains captages au fur et à mesure qu'on multiplie les contrôles.... Les pesticides se dégradent en des sous produits  parfois plus toxiques que la molécule mère.

 

Dans tous les cas cités ci-après les concentrations en pesticides ne dépassent pas la valeur maximale de 0,4 microgramme/litre qui conduirait à interdire la distribution de l'eau mais elles dépassent 0,1microgramme/litre et doivent faire l'objet d'une dérogation préfectorale pour que l'eau puisse continuer à être distribuée.

Celle-ci est accordée pour 3 ans (renouvelable une fois ) avec la justification passe partout suivante «  cette eau ne constitue pas un danger potentiel pour la santé et il n'existe pas d'autres moyens raisonnables pour maintenir la distribution d'eau ».

 

 

Nous rappelons que la connaissance de l'action à long terme des produits phytosanitaires sur la santé humaine reste incomplète ils sont suspectés de présenter une toxicité à la suite d'exposition répétées à de très faibles doses

 

Quant au moyen d'avoir une eau de qualité et d'éviter ce type de situation c'est l'action préventive qu'il faut mettre en place : exiger des agriculteurs qui cultivent sur les champs captants de modifier enfin leurs pratiques hautement polluantes....

 

 ____________________________________________
 

 

11386 nivernais sont sous dérogation :

 

sont concernés les syndicats de distribution d'eau suivants :

 

 

 

Atrazine, Desethyl atrazine : pesticides azotés : l'atrazine est interdite depuis 2003

 

La Charité/Loire,

Raveau,

La Marche,

Lavault de Fretoy,

 

Glyphosate : herbicide :

 

région de Prémery

Dompierre

 

Hexazinone : herbicide :

 

Chalaux

 

Propyzamide : désherbant :

 

Région de Prémery

Giry

 

■ Desethyl : desherbant en viticulture :

 

région de Pouilly

 

Oxadixyl : fongicide en viticulture :

 

région de Pouilly

 

 

 

Des alternatives à l'utilisation des pesticides :

 

■ diminuer de façon drastique leur usage à l'exemple du Danemark, de la suède et de la Norvège qui se sont fixés des objectifs de réduction de 50% qu'ils ont atteint en 5 à 10 ans dont le gouvernement français ferait bien de s'inspirer

 

■ promouvoir les diverses formes d'agricultures dites « durables » comme la « production intégrée » qui n'autorise l'utilisation des pesticides qu'en dernier recours

 

■ enfin développer fortement l'agriculture biologique qui supprime totalement l'utilisation des pesticides de synthèses

... "

___________________

 

     

ASSOCIATION LOIRE VIVANTE
Nièvre – Allier - Cher
4 rue de la Répinerie
58160 BEARD

Tél : 03 86 50 12 96
Fax : 03 86 50 15 52

loirevivante.nac@rivernet.org


http://ecologie58.blog4ever.com/blog/articles-cat-289391-314002-lvnac.html
 

        
Repost 0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 21:54

L'enquête sur les pesticides confirme nos préoccupations : l'eau du robinet n'est pas une eau sans danger.

Dans cet article nous donnons de récents résultats que les consommateurs ignorent.
En posant la question d'igepac à Monsieur le Député-maire de Beaune " est-ce que Tous les pesticides utilisés sur votre commune sont TOUS analysés ? ", il a été répondu :



" Suite à votre demande je vous adresse en pièce jointe une d’analyse sur l'eau distribuée sur la commune de Beaune.

140 pesticides ou dérivés de pesticides sont analysés (dont le benzène) et parmi eux on trouve les plus utilisés par la viticulture (oxadixyl, terbumeton.....)

Avant la distribution aux usagers , un traitement des pesticides par charbon actif est effectué afin de les éliminer. "



Veolia nous informe que : 

" L'eau du robinet : une eau bonne pour la santé. L'eau distribuée aux consommateurs par Veolia Eau satisfait aux critères les plus rigoureux de sécurité sanitaire et de santé publique. "



Une partie de la vérité

La présence de pesticides et autres polluants


21200- BEAUNE, en un an : quatre analyses non conformes


21340 - NOLAY
  les premières analyses de pesticides sont positives


21430 - CORMOT le Grand
, comme à Nolay, les premières analyses de pesticides sont positives.


Depuis combien d'années les habitants de Nolay et Cormot boivent-ils de l'eau contaminée par ces pesticides ? Personne ne semble inquiet, c'est parfait.

Continuez à témoigner, un merci de nous tous.

Conclusion : Ne faites jamais confiance !

Vous avez pu lire sur les analyses de la DDASS :

" Eau conforme aux normes en vigueur pour l'ensemble des paramètres mesurés
ce qui ne garantit pas que tous les pesticides utilisés sur la commune ont été analysés.
    

L'autre partie de la vérité reste une énigme

Quels sont les pesticides utilisés sur la commune ?

  
Repost 0

Présentation

C'est un blog igepac consacré aux pesticides

Recherche

En salle depuis le 10 novembre

severn

 Le nouveau film

 de JP Jaud

Archives