Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 09:59

 

femme enceinte demeter sculptureUn article d’Eugène WERMELINGER

 

D’après une étude faite en Bretagne sur les femmes enceintes, intitulée : Biomarqueurs urinaires d’exposition aux pesticides des femmes enceintes de la cohorte Pélagie réalisée en Bretagne, France (2002-2006)

 

PÉLAGIE : Perturbarteurs endocriniens Etude Longitudinale sur les Anomalies de la Grossesse, l'Infertilité et l'Enfance

 

Etude réalisée par :

Cécile Chevrier (cecile.chevrier@rennes.inserm.fr), Claire Petit, Christine Monfort, Sylvaine Cordier de l’Inserm U625 ; GERHM, Université de Rennes I, IFR140, Rennes

Gwendoline Limon, Gaël Durand de l’Idhesa Bretagne Océane, Plouzané

 

 

 Résumé

 

Bien qu’essentiellement agricole, l’usage des pesticides est varié et les sources d’exposition de la population aux pesticides sont multiples. Les niveaux d’imprégnation de la population générale aux pesticides sont méconnus en France et dans la majorité des pays européens. La mesure de l’exposition par des biomarqueurs d’exposition a l’avantage d’intégrer toutes les voies possibles d’exposition. Compte-tenu de la sensibilité particulière des fœtus aux toxiques, évaluer l’exposition des femmes enceintes est une question majeure de santé publique.

 

La cohorte Pélagie a inclus près de 3 500 femmes enceintes en Bretagne entre 2002 et 2006. La collecte d’échantillons urinaires en début de grossesse et des dosages chimiques de pesticides pour 546 échantillons urinaires ont été réalisés. L’objectif était d’évaluer le niveau et l’étendue de l’imprégnation des femmes enceintes aux pesticides, en particulier aux herbicides de la familles des triazines, interdits d’usage en France depuis fin 2003 mais toujours présents dans l’environnement, et aux insecticides organophosphorés, d’usages agricoles et non agricoles (domestique).

 

Les résultats indiquent la présence de traces de pesticides dans la majorité des urines des femmes enceintes, certaines molécules étant des produits de dégradation persistants dans l’environnement de molécules-mères. Ces résidus de pesticides sont généralement multiples et leurs impacts, individuels ou conjoints, sur le fœtus et son développement sont encore incertains dans la littérature épidémiologique.

 

 

Introduction

 

La majorité des pesticides est utilisée lors d’activités agricoles pour le traitement des cultures. De nombreux autres exemples d’usage de pesticides existent et sont communs : usage individuel d’entretien des jardins, allées ou potagers privés, usage dans les habitations contre les moustiques ou les fourmis, usage vétérinaire, antiparasitaire et sur les animaux domestiques, usage industriel, usage par les collectivités pour l’entretien des jardins publics, des routes et des voies ferrées. Tous ces usages variés engendrent une contamination des sols, des eaux et de l’air par des molécules de pesticides, qui contaminent les plantes, les animaux et les hommes.

 

L’Institut français de l’environnement ( Ifen ) a observé en 2006, dans les cours d’eau français, des résidus de pesticides pour 90 % des mille stations réparties sur l’ensemble du territoire, déclarant ainsi une qualité moyenne à mauvaise vis-à-vis des pesticides pour plus d’un tiers des sites mesurés . Des traces de pesticides sont détectées pour la moitié des stations de mesure des eaux souterraines. Une fraction de la population (1,5 % en Bretagne, 5 % en France)(1) a ainsi été exposée à une eau du robinet ayant fait l’objet d’un dépassement de la limite réglementaire de 0,1μg/l en pesticides.

 

Enfin, une enquête européenne a montré récemment que près de la moitié des fruits, légumes et céréales disponibles dans l’Union européenne contient des résidus de pesticides.

 

Notre environnement quotidien, incluant l’alimentation et nos usages domestiques, nous expose ainsi à des résidus de pesticides par ingestion, inhalation ou par contact cutané. Cette exposition environnementale est généralement supposée de niveaux faibles, mais continue ou répétée, et les niveaux d’exposition aux pesticides de la population générale sont à nos jours mal connus en France et pour la majorité des pays européens.

 

La population bretonne, en raison d’une forte activité agricole dans la région, est particulièrement concernée par l’exposition aux pesticides. La cohorte Pélagie a été mise en place dans cette région pour étudier l’impact de contaminants de l’environnement en Bretagne sur le développement intra-utérin et celui de l’enfant. Grâce à la collecte d’échantillons urinaires de femmes enceintes en début de grossesse entre 2002 et 2006, la cohorte Pélagie nous permet d’utiliser des biomarqueurs d’exposition aux pesticides, qui reflètent la dose interne ou l’imprégnation biologique et qui ont l’avantage d’intégrer toutes les voies possibles d’exposition.

 

Nous nous sommes en particulier intéressés aux herbicides de la famille des triazines et aux insecticides organophosphorés, potentiellement toxiques pour la reproduction et le neurodéveloppement. L’atrazine et la simazine, de la classe des triazines, sont des herbicides appliqués en culture de maïs dont les usages sont interdits en France depuis fin 2003.

 

Leurs produits de dégradation se déplacent dans les eaux et sont encore très présents dans l’environnement, variant de quelques mois à quelques années après l’usage de l’herbicide.

 

 

(1) Cette donnée officielle est fausse dans la mesure où l’obligation de détecter la présence de pesticides date de 2003 avec une application différée. Les petites communes doivent faire des analyses tous les cinq ans. De plus, on ne sait pas quels sont les produits polluants utilisés au niveau des proches ou grands alentours des captages. Donc la proportion peut être dix fois plus élevée ... . " On " ne sait pas.

 

 logopdf.png

 

<< article complet, pages 23  à 27

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Cancer & Pesticides
commenter cet article

commentaires

Présentation

C'est un blog igepac consacré aux pesticides

Recherche

En salle depuis le 10 novembre

severn

 Le nouveau film

 de JP Jaud

Archives