Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 05:41

Sommaire :

 

1/ Pesticides, apprenons à nous en passer

2/ Agir en amont

3/ Quand les parasites sont déjà installés, que faire pour les éliminer sans avoir recours aux pesticides ?

4/ En cas de traitement, quels sont les bons réflexes à adopter ?

  jardin-fleuri

1/ Les pesticides, apprenons à nous en passer ! 

   

Près de 45% des français disposent d’un jardin ou d’un potager pour le plaisir du contact renoué avec la nature, pour vivre des moments privilégiés en famille ou entre amis.

 Le jardin est en effet une source de satisfaction multiple : c’est le lieu de détente en plein air par excellence ; c’est une zone de loisirs qui permet de découvrir les richesses de la nature au jour le jour ; il offre la satisfaction de cultiver sa production personnelle de fruits et de légumes et il constitue un espace de vie familiale agréable.

Néanmoins, nombreux sont les jardiniers qui utilisent des pesticides sans en connaître les risques pour la santé et l'environnement.

Jardiner autrement

Accueillir mousse, pissenlits, pâquerettes et autres mauvaises herbes, contempler les espèces floricoles qui se posent sur vos plantes, surprendre celles peu nombreuses et ô combien essentielles qui pollinisent, redonner au « jardin plaisir » ce supplément de vie, retrouver l’émerveillement de l’enfance, c’est simple et naturel.

 

2/ Agir en amont

 

Au lieu de combattre les parasites et les maladies une fois qu’ils menacent les cultures, il s’agit en fait de créer, à toutes les étapes de la culture, des conditions qui freinent leur développement.

Bien choisir les variétés de plantes cultivées choisir des plantes et arbres adaptés au jardin (sol, climat, exposition…) ;

- sélectionner des plantes en fonction de leur résistance ou leur tolérance aux parasites et maladies ;

associer les plantes en fonction des voisinages qui leur sont le plus favorables. 

Par exemple, les plantes aromatiques (lavande, thym, sauge…) exercent une certaine protection des plantes voisines contre les insectes ravageurs.

Adopter des pratiques de jardinage permettant de limiter l’usage de pesticides varier les plantes cultivées d’une année à l’autre pour rompre le cycle de développement des parasites et limiter leur contact avec les cultures auxquelles ils s’attaquent. L’idéal, si la taille du jardin le permet, est d’attendre 3 à 5 ans selon les plantes ;

décaler la date de semis pour que la culture soit à un stade moins sensible de son développement lorsque les parasites attaquent ;

- ne pas trop serrer les plantations et tailler régulièrement les haies et les arbustes pour faire pénétrer la lumière afin d’éviter la stagnation d’eau après la pluie et le développement des maladies ;

- couvrir le sol pour éviter le développement des mauvaises herbes. C’est la technique du paillage qui consiste à étaler une couche d’un matériau autour des plantes, sur la surface du sol, pour le protéger de l’érosion et éviter l’apparition des herbes parasites ;

- utiliser du compost ou du fumier pour améliorer la fertilité du sol et renforcer la résistance des cultures en nourrissant les plantes.

Mettre en place une nouvelle esthétique du jardin ;

- adopter la tonte haute (6 à 8 cm), qui renforce l’enracinement du gazon et sa résistance à la sécheresse, et permet d’empêcher la germination de graines indésirables et le développement de la mousse ;

- laisser l’herbe et les fleurs vagabondes esthétiques (rose trémière par exemple) se développer dans les allées gravillonnées en terre battue, ou entre les pavés : elles prendront la place des herbes indésirables ; 

- limiter les surfaces à désherber.

Par exemple, privilégier les dalles ou les pavés aux surfaces gravillonnées ou sablées, plus difficiles à entretenir ;

- créer des espaces favorisant la biodiversité et la présence de certains insectes ou animaux ennemis des ravageurs  donc très utiles au jardin.

Par exemple, aménager des coins de végétation dense, des mares, des haies fleuries ou créer des abris plus spécifiques : nichoirs et mangeoires pour les batraciens et les oiseaux, petit muret en pierre pour les lézards ;

- prévoir des barrières physiques selon vos plantations. 

Par exemple, prévoir la culture des tomates en pots pour éviter les limaces.

potager

3/ Quand les parasites sont déjà installés, que faire pour les éliminer sans avoir recours aux pesticides ?

 

Utiliser les prédateurs naturels pour lutter contre les ravageurs

Par exemple : la coccinelle. C’est le plus efficace auxiliaire de culture au service du jardinier amateur. La coccinelle mange les pucerons, qui eux mangent les plantes du jardin ou les fruits et légumes du potager. Si le jardinier protège son jardin ou potager en utilisant des pesticides, il affame son meilleur auxiliaire de culture, la coccinelle. Quant aux pucerons, ils recommencent ailleurs ce qu’ils ne peuvent plus faire ici.

Désherber manuellement ou avec un outil adapté

Par exemple : sarcloir mécanique, binette, couteau à désherber ; 

Mettre en place des barrières ou pièges contre les animaux parasites

Par exemple : pièges à taupes, à limaces, voiles anti-insecte, filet de protection contre les oiseaux, collier empêchant les fourmis de remonter le long des troncs, pinces dans les galeries contre les taupes, filet de protection sur les cultures du potager ;

Utiliser des produits naturels pour lutter contre les ravageurs et les maladies 

Par exemple : utiliser de l’eau bouillante pour enlever les herbes indésirables ou de l’eau savonneuse pour éloigner les pucerons des rosiers.

 

3/ En cas de traitement, quels sont les bons réflexes à adopter ?

Face à une invasion d’insectes ou à une maladie récurrente, il n’y a quelquefois pas d’autre choix que de traiter les jardins. Dans cette situation, il y a des précautions à prendre car ce n’est pas un geste anodin. 

Les précautions indispensables à respecter 

- Porter des gants et un masque de protection en cas de besoin (pulvérisation aérienne notamment).

- Utiliser des gants réservés au jardinage.

- Ne pas traiter en cas de vent, pour éviter d’entrer en contact avec le produit.

- Garder les pesticides hors de portée des enfants.

- Ne pas appliquer près d’un cours d’eau.

-  Ne pas jeter le surplus dans l’évier.

- N’acheter que si c’est utile et si vos placards sont vides.

 

Source : http://www.developpement-durable.gouv.fr/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Pesticides : divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

C'est un blog igepac consacré aux pesticides

Recherche

En salle depuis le 10 novembre

severn

 Le nouveau film

 de JP Jaud

Archives