Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 00:00

La Beauce, la Brie, .. , la campagne de France souffre apparemment d'un égoïsme aigu de nos parlementaires pour qui la campagne se résumerait aux seuls exploitants des terres cultivables sur lesquelles l'agrochimie règne en maître. La santé publique y est sacrifiée. La preuve à Nottonville. 

En effet, concernant la protection de notre santé, l'Etat donc nos parlementaires  font une nette différence entre citadins et villageois. La loi de santé publique sur l'eau ne protège pas de façon égalitaire tous les citoyens. Les analyses, à la charge de la commune, coûtent très cher. La loi prévoit donc une qualité du contrôle proportionnelle au nombre d’habitants. Plus le nombre d'habitants d'une commune est élevé, plus la commune pourra se payer des analyses et cette logique financière fut reprise par la loi. Par exemple, l’eau de la première ville de France est la mieux contrôlée, plus fréquemment ( quotidiennement ) et le nombre de produits polluants recherchés est 7 fois plus important qu'à Nottonville. 

Statistiquement ( donc sans morale ), le risque sanitaire est également proportionnel au nombre d'habitants.

Les conséquences pour les villageois ? Un empoisonnement à dose plus ou moins homéopathique, avec en plus d'énormes frais financiers à la charge des pollués pour obtenir une eau potable. 

    

Nottonville, un village de moins de 300 habitants 

  nottonvlle-carte

 

Les résultats d'analyses sont ceux du Ministère de la Santé

( accessibles à l'accueil de ce blog )

  

Date de l’analyse

Concentration

en mg/l

21 janvier 1985

43

2 avril 1990

47

21 mars 1994

50

29 février 2000

55

21 mars 2005

60

22 avril 2010

66

nottonville-nitrates

Note de la DDASS : " Eau de qualité chimique non conforme aux limites de qualité en raison de dépassements des limites réglementaires pour les paramètres nitrates, atrazine et déséthyl atrazine. La concentration globale en atrazine et son métabolite l'atrazine déséthyl atteint la valeur de 0,45 µg/l, supérieure au seuil de 0,4 µg/l au delà duquel l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments recommande de ne pas utiliser cette eau pour l'alimentation des femmes enceintes et des enfants de moins de 6 mois. Cette mesure étant déjà en vigueur pour le paramètre nitrate, il n'en résultera pas de restriction complémentaire de la consommation. La population devra être informée de la situation et ces paramètres feront l'objet de nouvelles analyses lors de nos prochaines visites. Il est indispensable de poursuivre activement les démarches engagées, dans le cadre du schéma départemental d'alimentation en eau potable, pour revenir rapidement à une situation normale. On observe également la présence de chlortoluron à une concentration qui reste inférieure à la limite de qualité de 0,1 µg/l."

 

Les nitrates

 

Ce ne sont pas des poisonsils sont interdits aux bébés et dans des pathologies bien précises. Un petit radis du commerce "non-équitable" contient autant de nitrates qu'un litre d'eau du robinet de ce village. Pour autant, dans l'eau du robinet, nous ne devons pas accepter des substances inutiles et susceptibles de nuire à la santé d'une partie de la population.

Notre premier constat est de remarquer que les taux de nitrates progressent régulièrement depuis plus de 25 ansmalgré les règlementations et recommandations successives. La directive européenne du 12 décembre 1991 (dite Directive Nitrates) imposait déjà la lutte contre la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole !!!

 

Les pesticides

 

atrazine

           atrazine.png  

     

 

 

 

 

 

 

 glyphosate ( roundup )

 

glyphosate.gif

 

 

 

 

 

 

 

isoproturon

isoproturon.gif

 

 

 

 

 

 

90% des pesticides contiennent au moins une molécule chimique possédant un noyau benzénique benzene_noyau_mortel_tete_de_mort.PNGqui est un véritable poison.

 

Les premières analyses datent de 2003 et sont déjà alarmantes concernant les seuls produits analysés et en particulier l'atrazine, interdite depuis 1987. Les concentrations d'atrazine varient peu et restent comprises entre 0,4 et 0,5 µg/l c'est-à-dire plus de quatre fois la norme ( 0,1 µg/l ).

 

Quelques réflexions

 

1/ Quatre fois la norme pour l’atrazine et cinq fois la norme pour l'ensemble des seuls produits analysés.

Mais combien de produits ne sont pas analysés et sont réellement utilisés au-dessus de la nappe phréatique ?

La Beauce, grenier à blé de la France. Les pesticides utilisés pour ce type de culture sont-ils analysés ? Seuls trois pesticides ( l’iodosulfuron-méthyl-sodium, l’isoproturon et le mésosulfuron-méthyl ) ont été analysés. Une vingtaine d’autres molécules succeptibles d'être utilisées sont ignorées, ainsi que leurs produits de dégradation.

Le blé est-il la seule céréale à être cultivée ?

... 

Le maire est responsable de la salubrité de l’eau qu’il nous fait boire mais n’a aucun pouvoir pour exiger la liste des produits chimiques qui sont utilisés sur sa commune. C’est pourquoi igepac propose un projet de loi à nos Parlementaires : " l’obligation à tout exploitant agricole de déclarer les produits qu’il épand sur ses terrains, à la Préfecture via la Mairie du lieu d’exploitation. Ensuite le distributeur ( Mairie ou Veolia & Cie ) pourra effectuer de véritables analyses. "

La pollution est quasi-générale. Si une telle loi venait à être appliquée, toutes les communes dont le captage situé en-dessous de terres cultivées risqueraient d’avoir l’obligation soit de fermer ce captage soit d’obtenir une dérogation.

 

2/ Les villageois, de véritables cobayes, ont ingurgité des pesticides pendant  de nombreuses années, sans le savoir ( au moins avant 2003 ). Quels sont les conséquences connues pour leur santé ? Il est certain que cette corrélation peut être faite ( ou est déjà faite ) par le Ministère de la Santé sur le plan national. Nous connaissons déjà le résultat : " rien ne prouve que telle aggravation d'une maladie donnée soit la conséquence d'une absorption d'eau du robinet ". Ne pas affoler le petit peuple, il n'y a pas mort d'Homme. 

 

3/ Comment expliquer que l'atrazine reste en quantité constante depuis plus de vingt ans après son interdiction, dans des terrains calcaires ?

 

4/ Le coût financier pour obtenir une eau potable est à la seule charge du pollué, mais l'Agriculture polluante ne nourrit-elle pas la Nation ? L'ensemble des citoyens ( l'Etat ) doit prendre en charge les conséquences de cette pollution. C'est ainsi que Paris peut se permettre d'avoir une eau peu chère !!! ( igepac ne décolère pas face à la politique de l'eau de la Capitale, ... question de principes républicains )

 

5/ L'Etat doit prendre en charge les analyses de l'eau du robinet pour garantir un service de Santé publique pour tous.

... 

 

  beauce-geologie-calcaires

     http://eduterre.inrp.fr/eduterre-usages/nappe/html/Ressources/geol/geol1.htm

   nottonville-pesticides

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Pesticides : divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

C'est un blog igepac consacré aux pesticides

Recherche

En salle depuis le 10 novembre

severn

 Le nouveau film

 de JP Jaud

Archives